chefing s’engage aux côtés d’Artist In the Bush

Le 12 septembre dernier, l’artiste Rens Lipsius nous ouvrait les portes de l’un de ses incroyables lieux pour notre chefing party. À l’occasion, nos invités avaient pu découvrir son engagement contre le braconnage à travers les lithographies exposées aux murs.

engagement-braconnage-événement-chefing

Quelques chiffres…

Entre 2006 et 2015 environ, 111 000 éléphants ont disparu, principalement à cause d’un braconnage semi-militaire. Cela représente plus de 30% des éléphants de la savane. Le WWF estime à 20 000 le nombre d’éléphants tués annuellement pour leur ivoire, c’est à dire 55 par jour.

Pour chaque lithographie vendue, 50% sont reversés à African Bush Camps Foundation en soutien à la protection de la faune au Zimbabwe. L’autre moitié couvre les coûts de production.

Ce sont déjà 6 000 € de récoltés. D’après Rens, le projet « prend de plus en plus d’ampleur. » Comme chefing, d’autres organismes tels que Société Grand Paris et Biocoop ce sont engagés dans le projet.

L’objectif est de récolter 27 000 € afin de financer un puit destiné à une communauté de 18 000 personnes. Car ce sont souvent les locaux qui braconnent pour échapper à la misère. Leur donner l’accès à l’eau les rendra plus indépendants.

Touchés par sa démarche, nous partageons avec vous son projet engagé qui a mené à la création de ces lithographies.

En savoir plus sur Rens Lipsius

Rens partage son engagement

Invité au Zimbabwe en début d’année, l’artiste Rens Lipsius se rend au bord du Lac Kariba, le Zambèze au Bumi Hills Safari Lodge (qui fait partie de L’African Bush Camps) pour travailler dans la brousse. Il s’immerge alors dans cette faune par laquelle il est fasciné depuis son enfance.

Écoutons Rens nous raconter son expérience dans la brousse

“Accepter cette invitation était une forme d’engagement, destiné à attirer l’attention sur l’urgence de protéger cette nature vierge, malheureusement menacée par le braconnage. […]

Mon point de vue est le suivant : le développement de l’écotourisme peut s’avérer une voie de développement économique pour la population locale et permettre de lutter contre le braconnage. […]

Pendant ce déplacement au Zimbabwe, j’ai travaillé dans un atelier au cœur d’une nature immaculée, entouré de sa faune, me déplaçant en divers endroits pour m’y immerger pleinement. Ma démarche artistique a consisté à rester poreux, sans idées préconçues, et à utiliser au maximum les matières locales (tissus, pigments, etc.). J’ai par exemple été très intrigué par la couleur de la terre ocre-rouge, qui contrastait fortement avec le vert de la forêt, mais aussi par les tons gris et bleu du lac. J’ai aimé les courbes des rives du lac, le jeu de lumière sur les imposants nuages en cette saison des pluies, la lumière, le soleil sur les peaux des mammifères. […]

Comme je n’avais pas d’orange, j’ai utilisé des pigments terreux mélangés avec de l’huile de cuisine mais aussi de moteur: c’est ce qui a donné les « sunsets revisited» (couchers de soleil revisités). N’ayant pas de pinceaux, j’ai utilisé seulement mes doigts, mes mains et du tissu. À mon retour à Paris, le photographe français Éric Guglielmi a proposé de réaliser des lithographies de mes œuvres. […]

J’ai donc réalisé au total 100 études à l’huile, donc 100 lithographies. Ce projet s’inscrit dans ma démarche artistique et reflète ma position par rapport au marché de l’art, aux antipodes de ce qui se fait habituellement. C’est une position née de ma curiosité pour de nombreux domaines hors du monde de l’art, et des échanges multiples que j’ai initiés en ce sens.”

engagement-braconnage-événement-chefing

 

Découvrez l’ensemble des lithographies

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *